30 juillet 2011

Trois fois rien

Il regardait le lacassis sur un bancmoi je passais à véloà fond de caleLa vie passe pareillequ'on soit à véloou en fauteuil roulantRien ne vient trouerl'opaque de nos jourssinon la blessure de sabled'un baiserou la grâced'un sourireéchangétrois fois rien.      © François-Xavier Farine - 23/07/2011. 
Posté par poebzine à 10:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 juillet 2011

Serge Gainsbourg For Ever (1928-1991)

Livres-radeaux à emporter sur l'île...16) Pensées, provocs et autres volutes, Serge Gainsbourg, Le Livre de Poche n°300762, 2007, 5 €.« La lucidité est indispensable dans l'art... et la lucidité amène toujours soit la neurasthénie, soit la causticité. Les deux mêlées, cela donne mes chansons, c'est-à-dire de l'humour amer. »(Couverture : © Tony Franck/Sygma/Corbis.)
Posté par poebzine à 19:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 juillet 2011

Hélène Cadou, mémoire de René Guy Cadou

À Jean-Louis Cloëtqui me permit de partager ces instants, dans l'amitié, en août 1994.Je n’oublie pas le regard d’eau bleu, ni le sourire ému qu’Hélène nous adressa sur le seuil de la maison de Louisfert, lorsque nous sommes arrivés, les bras chargés de fleurs, en récitant ces deux vers de Cadou :Pourquoi n’allez-vous pas à Paris ?- Mais l’odeur des lys ! Mais l’odeur des lys !Quarante-trois ans avaient passé depuis la mort du poète météore, René Guy Cadou, le 20 mars 1951, alors âgé de trente-et-un ans.... [Lire la suite]
Posté par poebzine à 21:30 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
09 juillet 2011

Paul Nizan (1905-1940)

Aussi longtemps que les hommes ne seront pas complets et libres, ils rêveront la nuit.« Aussi longtemps que les hommes seront incomplets et libres, ils rêveront la nuit. »                                                    Paul Nizan, Antoine Bloyé, Grasset, 1933. (©... [Lire la suite]
Posté par poebzine à 12:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
06 juillet 2011

L'éternel retour

Le ciel hurleau-dessus des murs de l'entrepriseles employés ne le voient plusles yeux noyésdans l'égoût des conceptsà force de soulever des tonnes d'amertumedes longs serpents de feret de désillusionde matière inerteils ont fini par ressemblerà la boue de leurs rêvesà ces ruminantsaux regards bovinsmâchant l'air autoursans plus oser le respirercontester ni même s'en inquiéteravalés, broyéspar la grande roue du vide.Fantômes fantochesnous marchons parmi les ruines- que nous avons construitesjour après jour -passant maîtresen l'art du... [Lire la suite]
Posté par poebzine à 20:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :