« Quel âge ? »
glisse-t-elle en douce
à son assistante
- « Carentan... »
Derrière le halo
de sa blouse blanche
c'est une jolie rousse à la queue de cheval
& aux yeux bleus
qui m'accueille
avec ses baskets bariolées.

Elle m'invite
à m'allonger sur le fauteuil ergonomique
sous le grand plafonnier
aux lumières éclatantes
avant de s'affairer au-dessus
du trou béant
de ma bouche
où c'est une autre paire de manches
un combat rugueux qui l'attend...

Très vite, cela devient le carnage
une horrible boucherie
Dépassée par les événements
elle appelle
sa collègue en renfort
pour arracher
cette grosse dent
coriace
toute sanguinolente
qui rechigne à quitter
mon corps
pour sa main frêle
et inexperte.

Bistouri, roulette
& pince métallique
n'y font rien...
La belle jeune femme
plus charmante
que dentiste
a beau se démener
enrager
puis pester
les yeux exorbités
avec force et jurons
je saigne abondamment
comme un gros robinet qui fuit...
mais ma dent, elle,
se cramponne
ne cède ni ne plie
& maintenant
paraît-il
« Je n'suis pas beau à voir ! »
lâche-t-elle en riant,
juste bon à reléguer au rayon promotion
des films d'horreur d'antan...

En me voyant vaciller
à l'entrée de son officine
la bouche
atrophiée
& toute ensanglantée
la pharmacienne
elle-même
n'en est pas revenue.

Seul mon éditeur
a su me rassurer :
« Estime-toi heureux, il m'est arrivé
la même chose
avec une vieille
dentiste
moche... »


© François-Xavier Farine.