Je persiste et signe avec cette deuxième note de lecture consacrée au second recueil, La vie est trop vraie, de Simon Allonneau paru en novembre 2014 aux éditions du Pédalo ivre.

C'est Jean L'Anselme qui m'écrivait un jour dans l'une de ses lettres :
« Quand on aime un poète, il ne faut pas hésiter à le dire, à enfoncer le clou ! À un moment donné, cela va bien finir par produire son effet et donc à se savoir.
»

Cliquer sur l'image pour lire en vrai

Critique parue dans le n°18 de mai 2015 de la revue Eulalie
du Centre des Lettres et du Livre Nord-Pas-de-Calais