C’est la « consécration » ou plutôt un juste retour des choses pour Anise Koltz, née en 1928 au Luxembourg et Abdellatif Laâbi, né en 1942 au Maroc.
Ces deux poètes majeurs viennent tout juste d’intégrer la célèbre collection de poche « Poésie/Gallimard » pour le cinquantenaire de la collection.
Ils sont ainsi désormais accessibles au plus grand nombre de leur vivant et auront peut-être, demain, la chance de voir figurer leur poésie respective dans les programmes scolaires.

Koltz

Ce double événement fait date et sens, à l’heure où nous traversons justement des temps extrêmement difficiles, à l’heure où les valeurs humaines - qui devraient transcender les religions, les fermetures identitaires ou les carcans des traditions - sont régulièrement mises à mal.

2 grands poètes, symboles de résistance et d’universalité

Voici donc enfin récompenser deux poètes aux parcours féconds et exigeants, à l’engagement quotidien, et dont les écritures ardentes, acérées, combattantes n’ont jamais cédé un pouce aux ennemis de la Liberté. Je vous invite à découvrir les œuvres fortes, humanistes, inquiètes, interrogatrices mais surtout clairvoyantes de ces deux poètes à travers leurs anthologies : Somnambule du jour (poèmes choisis) d’Anise Koltz et L’Arbre à poèmes (anthologie personnelle, 1992-2012) d’Abdellatif Laâbi. Vous ne serez pas déçus.

Laâbi anthologie

Chacun d’eux n’a de cesse de témoigner et d’espérer en un idéal de fraternité à recomposer, poésie au poing.

Il faut souligner ici également l’engagement de deux éditeurs dans le parcours sans faille de ces deux poètes : les éditions Phi et les éditions de La Différence.

© François-Xavier Farine, le 10 janvier 2016.