11 juillet 2015

Je me souviens #40

à Frédérick Houdaer.Chez mes grands-parents maternels, des portraits de famille, dont ceux de mon arrière-grand-père, trônent au-dessus de la cheminée, entre une baïonnette allemande et un sabre de Goumier. Sur l'un, mon arrière-grand-père porte un chapeau arrondi, de grosses moustaches, a de l'embonpoint et une mine jovial. Sur l'autre, en uniforme de militaire, il a l'air martial. Plus grave. Ce n'est déjà plus le même homme. Je ne devais avoir que 6-7 ans, mais avec la curiosité avide de l'enfant, je pose des questions... [Lire la suite]
Posté par poebzine à 14:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

20 juin 2015

16 planches 40 équerres 80 vis et chevilles petites et grandes pour un poème manuel

à Daniel BigaJ'ai coupé percé vissé des planchesfiché 40 équerres dans les mursponcé les mêmes planchesles ai verniesreverniescomme Guillevicqui faisait pareil avec les motsd'un poèmeoù il comparaît son travailà celui d'un habile menuisierPendant tout ce tempsje n'ai pas écrit de poèmesnon plusou alors j'en ai manquébeaucoupet depuis que mon fils brailleà l'étagej'ai aussi peurde manquer celui-làmais je me suis faitune raisonà forcela raison du poèmeest toujours la plus forte.© François-Xavier Farine - le 20 juin 2015.
Posté par poebzine à 20:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
01 juin 2015

Stères de poésie

à Grégoire Damon & Jean Marc Flahautje m'en foussi le monde est malvoyantmaltournantje range des stères de boisà longueur de journéeset j'éprouve la force la bonne fatiguede mes musclessans me lasserj'habite en quelque sorte la poésie du cielet de la terreavec mon râteau et ma scie sabrepour seuls alliésmon fils lui souritet hurle de joie en courantdans le jardin avec son ballonqu'il pousse comme une pierreheureuse devant luiet chaque soirdans mon bureau (encombré de livres)il me montrela photo de Brautiganavec son chapeau... [Lire la suite]
Posté par poebzine à 21:30 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
21 avril 2015

Poète-transfuge

à Lucien Suel.De poète urbainje deviens poète-paysagerpoète-jardinier poète terrassier poète bûcheronà maçonner ainsi ma propre existenceest-ce que je vais gagner en nuancespour autantou est-ce que je vais rester le même au fondCelui que j'ai toujours étéle poète séculierqui ne copine avecpersonnedifficile à direj'ai bien quelques idées là-dessusqui traînentderrière la lente processiondes arbres dans le ventje sais que le monde turbineet continue de nous mentircomme un terrible crève-coeurmais j'ai mon filset ma femme qui... [Lire la suite]
Posté par poebzine à 00:07 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
14 février 2015

Un poème avec rien

à Thomas Vinau Je voulais écrireun poème avec rienla goutte au nezun léger retard surla vieun journal comme un prospectusenflammé abandonné en plein vol le bip d'une cartedans un distributeurle sourire gratuitde cette filleet ma confusionlorsque j'ai croisédans le métrole parfait sosie de Pierre Autin-Grenierqui semblait me direavec ce sourire sereinmais indéfinissable...Bienvenue, mec et bon voyage ! © François-Xavier Farine - le 6 février 2015.
Posté par poebzine à 15:20 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :
11 janvier 2015

Poèmes Cut-Up n°8

à Thierry Radière qui a aussi le sens de l'humour« La Beauté au naturel ! »Ce slogan est déjà boycotté par tous les chirurgiens esthétiques de la « Silicon » Valley.*Je me « poste » des questionsOn a macadamisé des villages et des paysages entiers...Est-ce que demain on engloutira les océans ?*Version écolo de la poule et de l'oeufJ’ai lu quelque part que pour monter à un arbre, il fallait souvent fabriquer une échelle et du coup couper un arbre.*Est-ce bien raisonnable ?Protéger l'emploi en kidnappant les patrons ?* « Il y a urgence... [Lire la suite]
Posté par poebzine à 20:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

22 décembre 2014

Le premier homme est un enfant

Je me rasaisen chantantet je t'entendais gazouillerà l'étageet j'ai songé à la phrasedu premier poète« Faire un homme, ce n'est pas remplirun vase mais allumer un feu. »et c'est ce que je n'ai cessé de fairedepuis le premier jouroù tu nous es apparusortant du ventre deta mèrelorsque le médecin t'a dressécomme un fébrile trophéeau-dessus de nos têtesencore chahutées de nuitPuis je t'ai réchauffécontre ma poitrine émueprès de deux heures durantpendant que ta mère se reposaitdu vrai sommeil du justetu étais si frêle (mais... [Lire la suite]
Posté par poebzine à 15:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 décembre 2014

Œil de verre

Je peux vous demander quelque chose jeune homme ? Et il me tend une pochette de photocopies du même dessin pittoresque dépaysant la même vue noir et blanc d'une petite maison entourée de sapins bucolique cliché et arnaque grandeur nature qui ne pouvait susciter que mon indifférence après une journée de travail harassante plusieurs nuits de fatigue plusieurs jours de discussions pénibles avec des docteurs en littérature et des abrutis aux pensées courtes de sombres exaspérations et son œil de verre dans la... [Lire la suite]
Posté par poebzine à 23:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 novembre 2014

« La réalité rugueuse à étreindre »

Elle me parlait de Dylan Thomas et me récita même quelques vers où le poème s'asseyait sur les syllabes du vide je lui disais que j'en avais assez moi des poètes lyriques et des poètes qui travaillaient à l'indicible creusant la statue du Vide de l'Absence de la Beauté en s'extasiant béatement sur l'éphémère abstraction nous avions continué notre discussion dans le couloir (silence ouaté des bureaux) pour déboucher dans les toilettes mixtes Pourquoi des poètes écrivent encore des poèmes que l'on ne comprend... [Lire la suite]
Posté par poebzine à 19:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
15 novembre 2014

Sans un poème de Patrice Desbiens

Je voulais lire un poème de Patrice Desbiens sinon ma journée était fichue mais dans le bus il n’y avait plus de place assise ni debout sauf sur la plateforme branlante et instable et je voulais lire un poème de Patrice Desbiens sinon ma journée aurait été fichue mais le soleil n’avait pas encore pointé non plus sa nuque de feu et les gens ici avaient tous des têtes d’animaux morts et pourtant je voulais lire un poème de Patrice Desbiens pour échapper aussi à l’asphyxie des jours de pluie à cet automne vigoureux ... [Lire la suite]
Posté par poebzine à 11:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,