18 octobre 2016

Patrice Delbourg né en 1949

« La chanson reste à l’ordre du jour. » a écrit Patrice Delbourg. « La poésie est à l’ordre de la nuit » lui avait soufflé Georges Perros à la page 89 de ses Papiers collés III, Gallimard, 1978. Vu sur le site de David Genzel, rive gauche© Photo Louis Monier.
Posté par poebzine à 22:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

29 septembre 2016

Jules Renard (1864-1910)

« Le cheval est le seul animal dans lequel on puisse planter des clous. »  
Posté par poebzine à 20:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
26 juillet 2016

René Char (1907-1988)

« L'essentiel est sans cesse menacé par l'insignifiant. »                René Char, Recherche de la base et du sommet (1955), in À une sérénité crispée.   Photo empruntée à l'ouvrage René Char par Gilles Plazy, éd. Jean-Michel Place, 2003.
Posté par poebzine à 13:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
21 juillet 2016

Serge Essénine (1895-1925)

« C'est pour tout comprendre mais ne s'emparer de rienqu'est venu en ce monde le poète. »Serge Essénine
Posté par poebzine à 23:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
23 avril 2016

Pierre Peuchmaurd (1948-2009)

Photographie © Antoine Peuchmaurd Cette idée que le Japon serait bleu...   Des vers vivants dans un poète mort.   Les filles ramassent des coquillages, les garçons des silex.De cette différence naît le feu. Le Moineau par les cornes, éditions Pierre Mainard, 2007.Pour faire plus ample connaissance avec ce poète post-surréaliste, empressez-vous d'acquérir la monographie Pierre Peuchmaurd par Laurent Albarracin parue en 2011 aux éditions des Vanneaux dans la collection « Présence de la poésie », n°9, 18 €.
Posté par poebzine à 19:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
04 février 2016

Visionnaires, les jeunes écrivains...

J'ai lu ceci dans la biographie Aimez-vous Sagan… de Sophie Dellassein parue chez Fayard en 2002 : Lors de la parution de Derrière l'épaule en octobre 1998, Françoise Sagan rencontre Philippe Sollers pour un entretien croisé que publiera Le Figaro Magazine, le 10 octobre 1998. Ils évoquent notamment les auteurs emblématiques de la jeune génération : tels Michel Houellebecq (Les Particules élémentaires) ou Virginie Despentes (Baise-moi). « À notre époque, on apportait de bonnes nouvelles. Houellebecq et Despentes en apportent de... [Lire la suite]
Posté par poebzine à 00:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

08 janvier 2016

Michel Leiris (1901-1990)

« Comment faire pour que chaque mot prononcé soit un rideau qui se lève ? » Michel Leiris, dédicace sur Mots sans mémoire, Gallimard, Coll. Blanche (1969). © Photo AFP
Posté par poebzine à 12:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
15 novembre 2015

L'Amour est un « Phénix »

pour parodier le titre de l'un des plus beaux recueils de poèmes (1952) de Paul Éluard car il renaît toujours de ses cendres.Traduction d'un commentaire issu du courrier des lecteurs du New York Times : « La France représente tout ce que les fanatiques religieux du monde détestent : profiter de la vie sur Terre de plein de petites manières différentes : une tasse de café parfumé avec un croissant au beurre, de belles femmes en robes courtes qui sourient librement, l’odeur du pain chaud, une bouteille de vin partagée avec des amis, un... [Lire la suite]
Posté par poebzine à 12:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
10 octobre 2015

Lawrence Ferlinghetti né en 1919

« Le poème comble les attentes et remet la vie en place. »Poète et Fondateur de la City Lights bookstore, Lawrence Ferlinghetti publia notamment les poètes de la Beat Generation.   Bob Donlin, Neal Cassady, Allen Ginsberg, Robert LaVigne and Mr. Ferlinghetti (left to right) at City Lights bookstore in San Francisco, 1956. Photo : Allen Ginsberg/Corbis. Lawrence Ferlinghetti : From Lost Boy to Poet, an article from The Wall Street Journal.
Posté par poebzine à 18:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
21 septembre 2015

Éric Dejaeger né en 1958

  En entrant dans une librairie, le powète fonce tête baissée vers le rayon POÉSIE, même s’il n’y en a pas. Ø Quand le powète donne une lecture publique, les cinq personnes présentes sont priées d’applaudir (à tout casser si possible). Ø Extraits de Le violon pisse sur son powète ou Le poète pète dans sa clarinette (Clin d’œil posthume à Pierre Autin-Grenier), Éric Dejaeger. Collage d’André Stas. Ed. Les Carnets du Dessert de Lune, Coll. Pousse-Café, 2015. Son blog : http://courttoujours.hautetfort.com/ Quelques autres... [Lire la suite]
Posté par poebzine à 19:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,