à Edith & Jipé

Assis
à l'angle de la terrasse
ensoleillée
je vois onduler les touffes
d'herbes & les petites fleurs
blanches du jardin
le ciel tout bleu
où coulent de délicieux nuages de lait
torse nu
ma peau chauffée à blanc
j'ai poussé l'ordinateur de l'autre
côté de la table
en formica
je pourrais écrire des milliers
de moments
infimes
comme celui-là
& pourtant je ne le fais pas
la peur soudain inconsidérée
de quitter
cette douceur d'exister
qui nous cloue peut-être
encore plus
dans la brûlure
de l'instant.

© François-Xavier Farine - 7/07/2012.