Claude Roy, poète et fabuleux préfacier de plusieurs poésie/gallimard
                 Welcombe Hotel
                 Warwick Road

                 Stratford-upon-Avon
                 Telephone 3611  Telex 31347


                  Le 6 sept. 70




                       Cher Monsieur,

    Malgré le « secret professionnel » du « Conseil des Dix* », je ne résiste
pas au plaisir de vous dire celui que j’ai eu à lire le manuscrit
de La Mort habite à NY. C’est un des livres les plus justes (et
les plus tristes) que j’ai lu sur le Grand Vide Américain.
Vous avez su restituer le silence des petites villes à campus », et
la solitude blême du village comme peu d’écrivains français.

    À vous

                      Claude Roy

P.S : Une seule « critique ». À la seconde ligne
« le lourd parfum » me gêne. Vos adjectifs sont
rarement attendus. Mais après le coup d’archet
aigu de la première phrase, cette épithète là est
un peu convenue, ne croyez-vous pas ?


*
Claude Roy faisait partie du comité de lecture des éditions Gallimard.

[Mention légale © collection privée François-Xavier Farine.]

En savoir plus sur :
Claude Roy
Hommage à Bernard Mazo dans sur le site Recours au poème par le poète Max Alhau.