C'était hier soir, à 20 heures, à la Crash Gallery de Lille, une jeune et accueillante galerie d'art contemporain décalé, située 6 rue de Maubeuge, à deux pas de la Gare Saint-Sauveur et du Boulevard Jean-Baptiste Lebas, qui proposera une exposition par mois.Siébert mort-vivant

Pour sa lecture-performance, Christophe Siébert - qui aime toujours surprendre son monde - officiait, torse-poil, avec un masque sur la tête digne du terrifiant Massacre à la tronçonneuse (1974) ou encore de Virus Cannibale (1980), deux films d'horreur des années 70-80.

Il a lu pendant presqu'une heure de longs extraits de son roman trash (dont la noirceur gêne un peu Ravalec, lui-même, aux entournures) : La place du mort sorti, en mai 2014, aux éditions du Camion Blanc.

Voici un avant-goût du prologue :
La place du mort (2014)
Quand j'étais retranchée derrière mon mur de flammes, avec Alice morte à mes côtés, quand j'étais là et que j'attendais que les flics surgissent, j'ai songé à tout ce qu'on a détruit, à tout ce qu'on a brûlé, et j'ai souri. J'ai songé aux chefs-d'oeuvres, à l'Histoire, à la culture, à la beauté, j'ai songé à toutes ces merdes qui ont traversé les siècles et que nous avons transformées en cendres, j'ai songé au néant, et j'ai souri. (...)

J'y étais évidemment...

Christophe m'a confié, avant sa performance textuelle, qu'un second recueil de ses poèmes serait publié, l'an prochain, aux éditions Gros Textes, après le succès mérité de son premier volume, Poésie portable, dont c'est déjà le second tirage.

Autre scoop lâché par un Christophe Siébert volubile, enthousiasmé notamment par sa
« tournée » sudiste avec la poétesse Marlène Tissot, celui-ci a été approché par le gars Houdaer pour participer à un prochain Cabaret Poétique, au Périscope de Lyon, à l'automne prochain.

On n'a plus qu'à surveiller l'agenda du Cabaret Poétique pour pouvoir y faire une descente, très, très prochainement.

François-Xavier Farine, le 20 juin 2014.