à Frédérick Houdaer et Sylvie Margossian


Les poètes du ressassement me rappellent l’Alzheimer de ma tante.

                     ***

Ne jamais céder aux belles sirènes de la jeunesse.

                     ***

S'allonger dans l'herbe ne sera bientôt plus permis aux rêveurs...

                     ***

Le mot « impacter » vient de franchir le mur du con.

                     ***

Un écrivain qui n'est pas à la page, c'est aussi très con.

                     ***

Je ne peux pas encadrer les militaires, même en bleu.

                     ***

« Georgia On My Bike »... j'ai toujours été plus trivial comme garçon.

                     ***

Les éditeurs font la pluie et le temps moche.

                     ***

J'aimerais beaucoup n'écrire que des nanaphorismes.

                     ***

Supposition : drôle de mot exprimant (peut-être) ce laps de temps indécis mais nécessaire entre « suppôt » et « position ».

                     ***

La sieste est une activité reposante. Bernard-Henri Lévy.

                     ***

La paresse suprême de l'écrivain sera-t-elle d'écrire un jour avec les doigts ?

                     ***

Comme un vélo fendant la foule, cette idée nouvelle les intrigue.

                     ***

Il est des écrivains dont la seule renommée universitaire me cause déjà une extrême fatigue.

                     ***

Bukowski était un grand poète qui buvait beaucoup. Mais buvait-il beaucoup parce qu'il était un grand poète ?

                     ***

Un jour, j’ai eu affaire à un libraire qui ne savait même pas lire les courriels que je lui envoyais.

                     ***

C'est drôle, voyez-vous, je n'ai pas toujours été ce pensif expansif.

                     ***

L’humilité du créateur : il faut savoir balayer devant sa porte avec un bulldozer.

                     ***

De poète vivant, je suis plutôt considéré comme « exhumeur » de cadavres exquis. Ce qui est toujours utile pour l'Histoire de la poésie, laquelle oublie trop vite ses poètes.

                    ***

Mes aphorismes me permettent au moins d’écrire en dents de scie.

                    ***

« Il faut être seul pour être grand, mais il faut être grand pour être seul. » Cette phrase n’est pas de moi : j’ai au moins l’honnêteté de l'écrire.

                    ***


© François-Xavier Farine, Aphorisques et périls (1993 à ....)