Livres-radeaux à emporter sur l'île...

Au tournant du siecle-JL Maxence-201474) Jean-Luc Maxence
Au tournant du siècle : regard critique sur la poésie française contemporaine
Seghers, 2014, 17 €.

Cet ouvrage de Jean-Luc Maxence est un excellent Reader Digest des trois tomes de L'Histoire de la Poésie Française du XXe siècle* écrite dans les années 80 par Robert Sabatier.
J'avoue d'emblée être un peu vachard avec l'auteur bien que celui-ci reste un sacré connaisseur de la poésie actuelle, en tant que directeur des éditions du Nouvel Athanor d'abord, et que coparticipant aux éditions successives de L'Année poétique parues chez Seghers, de 2005 à 2009, ensuite.

En un seul volume de 163 pages passionnant, Jean-Luc Maxence dresse néanmoins « un état des lieux » et un « panorama éclairant » de la poésie en train de se faire jusqu'à cette dernière décennie (2000-2014) avec, en autres, une partie consacrée aux « Poètes connectés » de la nouvelle génération, parmi lesquels nous retrouvons quelques noms bien connus : Thomas Vinau, Guillaume Siaudeau, Murièle Modély, Anna de Sandre et Kouki Roussi. Deux autres parties s'attachent, par exemple, aux « Performeurs et Diseurs de rues » de Serge Pey à Jean L'Anselme, en passant par Jean-Pierre Verheggen et Hervé Brunaux, ou à la Poésie dite « féminine » de langue française (car on sait très bien que pour ménager les sensibilités éruptives, on va, hélas, finir par parler de poésie asexuée) avec des poètesses aussi importantes que Marie-Claire Bancquart, Ariane Dreyfus, Vénus Khoury-Ghata...

Quelques absents et absentes majeurs

Dans cet inventaire plutôt exhaustif, on déplorera quand même l'absence de quelques oubliés de grand talent : Charles Dobzinsky, Paul Vincensini, Louis-François Delisse, Tristan Cabral, François de Cornière, Thérèse Plantier, Claude de Burine, Anise Koltz (luxembourgeoise), Dominique Sampiero, Pierre Autin-Grenier, Jean-Pierre Georges et Kenneth White qui vit en France depuis plus de quarante ans.
Mais pour les néophytes qui souhaitent découvrir rapidement la poésie française aux voix plurielles des XX et XXIe siècles,
cet essai critique est déjà une très bonne entrée en matière.

Ardent, Jean-Luc Maxence

Jean-Luc Maxence n'est pas un critique tiède, égratigant au passage, dans ce livre, Yves Bonnefoy, Jean Orizet ou Valérie Rouzeau (on peut évidemment ne pas partager ses avis quelque peu expéditifs) mais on reconnaîtra tout de même à l'auteur de cette présentation utile et engagée cette qualité première de passeur de feu et d'activiste de la poésie, avec ce farouche désir de nous propulser à nouveau vers les oeuvres de tous les poètes cités dans cette anthologie, connus, voire méconnus pour se faire manu militari notre propre avis.

©
François-Xavier Farine, le 22 août 2014.


Né en 1946, Jean-Luc Maxence a rédigé une intéressante monographie sur le poète, Jean Grosjean (1912-2006), dans la collection « Poètes d'Aujourd'hui » (Seghers, 2004).
Une récente anthologie de ses poèmes écrits entre 1969 et 2011, Soleils au poing, a également été éditée en 2011 au Castor Astral.
Jean-Luc Maxence rédige également des chroniques incisives et clairvoyantes sur le site collectif de Recours au Poème.


* Il cite d'ailleurs cet ouvrage de référence dans son texte, lui-même, avec trois autres sommes anthologiques qui ont compté :
Le panorama critique des nouveaux poètes français de Jean Rousselot (Seghers, 1952) ; La poésie contemporaine depuis 1945 de Serge Brindeau (Ed. SGDP, 1973) et La nouvelle poésie française, de A à Z de Bernard Delvaille (Seghers, 1977, 3e édition).